Non classé

Culture et mondialisation

Pourquoi la culture est-elle sans doute devenue un mot-valise, un terme galvaudé dont l’usage courant se manifeste par la rupture de son lien politique et social qui, depuis un siècle, de Lamartine à Hugo, de Zola à Aragon, a fait le lit des préoccupations artistiques et intellectuelles de tout ordre ? Pourquoi à l’opposé le terme n’a-t-il jamais été autant utilisé dans notre sphère contemporaine ? La culture est-elle encore un de ces mots magiques de notre temps économique et libéral ?

On peut le croire, mais en rester là n’est probablement pas suffisant. On n’a sans doute pas conscience que l’usage de la culture et sa définition même sont tombés sous le régime du consensus et du politiquement correct. Comme le dit Arnold Schoenberg :

« Notre époque s’interroge beaucoup. Qu’a-t-elle trouvé : le confort ? Celui-ci envahit même le domaine des idées et le rend trop confortable pour notre bien. »…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page